La Santé des SDF, à quand la fin des malheurs ?

La santé des SDF est aujourd’hui entourée par maladies physiques, psychiques et l’absence de prise en charge.

Les enquêtes de santé nous renseignent souvent sur la fréquence de chaque maladie pour une population donnée. Ces fréquences s’avèrent très élevées quand on passe de la population générale à une population à risque représentée par des sans-abri. Ceci est dû à leurs conditions de vie où on a un manque d’hygiène, un régime alimentaire médiocre, une température très basse ou parfois trop élevée et une exposition à toute sorte d’infections avec une fréquentation de refuges surpeuplés.

Des maladies infectieuses, digestives et hépatiques 

En tête des maladies dont souffrent les sans domicile fixe, on distingue les maladies infectieuses telles l’hépatite A, B et C, la tuberculose et le VIH/sida en raison d’un système immunitaire atteint et de relations sexuelles incontrôlées.

En outre, des activités des sans abri comme la consommation de drogues par injection, augmentent le risque de propagation des maladies.

Cette population présente davantage des troubles digestifs, hépatique et tout naturellement des troubles alimentaires importants.

Des maladies musculo-squelettique

Les SDF souffrent également de troubles musculo-squelettiques et douleurs chroniques comme l’arthrite. D’autres maladies de type respiratoires sont communes parmi cette population à savoir la maladie pulmonaire obstructive chronique, l’emphysème, la bronchite, l’asthme et d’autres.

Des maladies mentales

Quant aux maladies mentales, telle la schizophrénie, le trouble bipolaire.., une grande partie des SDF en souffrent. D’ailleurs, dans un contexte marocain, on pense que tous ceux qui sillonnent les rues des villes sont des fous et des psychopathes. Ce n’est pas le cas pour tout un chacun, toutefois le pourcentage des malades psychiques est élevé. Ceci revient à l’abandon de ces personnes par leurs familles qui n’acceptent pas ce genre de maladies encore considérés comme tabous; ou qui n’arrivent pas à les prendre en charge. Ces personnes quittent souvent les hôpitaux, les prisons ou simplement leurs foyers sans recevoir les soutiens appropriés. Ce qui va de soi aussi, c’est que la grande majorité de cette population connaît des états avancées de la dépression qui n’est pas négligeable dans la mesure où elle est liée étroitement à des pensées suicidaires.

Enquête à faire au Maroc 

C’est une perception malheureusement confirmée par la réalité des chiffres dans d’autres pays, en France et même à Canada où le niveau de vie est meilleur. Des enquêtes qui seront faites au territoire marocain en ce qui concerne l’état de santé des SDF seront aussi inquiétantes sachant que les statistiques confirment que 90% des SDF sont en âge du travail contre 10% des personnes âgées selon l’enquête du haut commissariat publiée en 2017.

Solutions envisageables

Enfin, pour une prévention de toute cette panoplie de maladies au sein de cette population, dans le cas échéant, on doit avoir une aide alimentaire, une aide vestimentaire mise à disposition, des préservatifs, promouvoir des vaccinations hépatite A et B, Tétanos, grippe, hospitalisation pour suspections de tuberculose, aux patients avec une toux chronique, et surtout faire des analyses pour suspections des maladies transmissibles. 

Et comme l’a adopté une équipe française, qui a mis au point la situation sanitaire des SDF, on doit passer d’un sans domicile à « un chez soi d’abord », le programme qui pourra faire partie des nouvelles pistes pour améliorer l’adhésion de ces populations aux soins qui a déjà fait ses preuves aux États-Unis et au Canada.


Article par: Mbarka Akounach

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *