Zero Hunger

La faim, une fatalité ? Hypothèse contestée!

 

La faim est en progression continue, menaçant la vivacité des affamés et des économies. Maintenant et plus que jamais, les efforts se multiplient au niveau mondial afin de l’abattre.

 

Quand vous aurez terminé de lire cet article, au moins trois enfants seront déjà morts, quelque part dans le monde, à cause de la faim. Chaque jour, environ 25 000 personnes meurent de cette même cause que ce soit des enfants, des hommes ou des femmes. Un scandale !

Alors que nous vivons dans une époque où la production alimentaire est en croissance perpétuelle, nous continuons quand même de voir un tel drame se produire dans les quatre coins du monde.

La partie immergée de l’Iceberg

 

 

On allait bien se réjouir des tendances baissières du nombre de personnes sous-alimentées enregistrées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture entre 2005 et 2014, passant de 945 millions à 783.7 millions de personnes. Mais depuis 2015, ce chiffre n’a cessé d’augmenter pour atteindre, en 2017, 821 millions d’individus qui souffrent des problèmes liés à la faim, soit un être humain sur neuf dans le monde.

 

 

Selon le rapport de l’ONU sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde publié en 2018,  la situation s’aggrave surtout en Afrique, tandis qu’en Asie et en Amérique Latine la tendance baissière, qui les caractérisait, se ralentit. Les conflits, les guerres civiles et les changements climatiques sont tous autant de facteurs qui expliquent la forte présence de la faim dans ces continents.

 

 

Les conséquences de ce phénomène sont aussi bien néfastes sur la santé et la psychologie des affamés que sur les économies des pays en développement et de ceux qui sont les moins avancés. Étant dépourvues des ressources alimentaires, les personnes qui souffrent de la faim sont dans l’incapacité de mener une vie normale et active. Dans ces conditions, ces dernières ne peuvent contribuer au progrès de nombreux domaines du développement humain tel que l’éducation et l’emploi. Un mal qui s’élargit, construisant ainsi un cercle vicieux duquel il devient de plus en plus dur d’en sortir si l’on n’agit pas rapidement.

Que faire ?

La faim constitue donc un défi majeur à relever. C’est dans une telle perspective que les États membres des Nations Unis l’ont placé parmi les 17 objectifs du développement durable dans le but de parvenir à son éradication à l’horizon 2030 « Les signes alarmants de la hausse de l’insécurité alimentaire et des différentes formes de malnutrition signifient clairement que des efforts conséquents doivent être déployés afin de s’assurer de ne laisser personne pour compte et de réaliser les Objectifs de développement durable liés à la sécurité alimentaire et à la nutrition », note la FAO.

Par Kawtar Outaleb

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *